Elle, donc. Arrivée sans que je ne me pense près pour cela. Ce n'est pas que je ne la cherchais pas, c'est juste que je ne pensais pas la trouver, un peu comme ces chercheurs de trésors qui tirent leur satisfaction dans leur recherche, sans réellement espérer une éventuelle trouvaille.

Le plaisir de parler de tout et de rien, de se trouver des points communs, d'apprécier le ton de l'autre. Jouer malgré soi le jeu de la séduction. Tomber sous le charme, sentir que je ne laisse pas indifférent. À ces moments enivrants se mêle une peur perfide, la peur de décevoir l'autre. Sans ces blessures récentes, cette peur est juste déplaisante, surtout au début d'une relation, quand l'engagement est faible. Par contre, quand les sentiments que vous développez vous aide à vous reconstruire, c'est différent. Imaginez grimper le long d'une échelle dont chaque barreau donne l'impression de vouloir rompre. La peur au ventre à chaque craquement. À chaque étape, le but est plus proche et vous vous sentez plus vulnérable. Les tensions, inévitables, provoquent des peurs irraisonnées.

La peur de la perdre laisse penser que tout ce que j'ai vécu jusqu'ici était justifié, que toutes mes décisions s'imposaient. Ressentir de nouveau des sentiments qui m'avaient fait défaut. Les certitudes renaissent dans la peur. Je ne me souvenais pas que la peur pouvait être accompagnée de sentiments aussi agréables.