De tous les sacrifices dus à la distance physique qui existe entre nous et qu'elle souhaite entretenir pour l'instant, l'absence du contact de sa peau est certainement le plus difficile à accepter.

J'ai toujours trouver réconfortant le contact de l'autre. C'est d'ailleurs pour moi le renoncement le plus difficile lors de la séparation. J'en ai régulièrement besoin. Sentir sa peau, la toucher, la caresser. La douceur, le goût de sa peau, l'éveil de mes sens à son contact, tout cela n'est pour l'instant qu'un souvenir aussi agréable que vague, le temps qu'il lui faudra pour accepter une suite. Seul en pensant à elle, le sommeil est long à venir.