Il est temps de déconstruire. Tant d'oublier les espoirs, d'oublier la volonté que j'avais de faire avancer les choses.

Depuis mes vacances, je savais que les choses avaient changé, je sais maintenant pourquoi : je n'espère plus. J'ai fini par me dire qu'il ne fallait plus rien attendre pour ne pas être régulièrement déçu. Les sentiments sont là mais j'ai décidé d'inverser les proportions : alors que j'avais mis de coté ma vie pour me concentrer sur eux, j'ai envie d'inverser cette tendance.

La mue a été douloureuse, on enfouit pas plus facilement un espoir qu'une déception, mais elle a fini par s'opérer. Il faut maintenant réapprendre à s'ouvrir au monde. Je ne me souviens plus bien mais ça doit être comme le vélo, on ne doit pas oublier.