Il restera toujours quelque chose : des souvenirs inoubliables, des plaisirs intenses partagés, sa voix, tous les moments que j'ai pris le temps de décrire ici. Tout cela constitue la partie positive de toutes cette période. Il y a le pendant négatif, l'idée d'être passé à coté de quelque chose, de ne pas avoir réussi à trouver les mots, la façon de faire et bien sûr, la torture que je me suis infligé pendant ce temps. Je crois avoir fait mon possible, à défaut d'avoir fait de mon mieux. Enfin, il y a l'inconnu : essayer de conserver malgré tout une amitié rendue si fragile au milieu de tous ces heurs.

Est-ce arrivé trop tôt, trop vite ? Ai-je été trop insistant ? Après tout qu'importe. Il est tant de refermer cette parenthèse, tant de se remettre de toutes ces crises. Bizarrement cette histoire ne s'est pas véritablement terminée, elle reste en suspension, attachée maintenant à sa seule décision et à l'incertitude de nos avenirs.

En écrivant ces mots, je pleure une dernière fois en pensant à elle, avec beaucoup moins de tristesse et un peu de mélancolie. Les choses ont changé.