En discutant avec une amie, j’ai fini par avouer que, lorsque j’arrive à prendre suffisamment de recul sur ce qui m’est arrivé ces derniers mois, je prends cela comme une chance.

Cela peut sembler paradoxal à la vue des textes douloureux qui sont nés de cette relation, mais je suis content d'avoir vécu quelque chose d'aussi fort. Je ne suis pas de ceux qui jalonnent leur vie de points de passage, qui souhaitent absolument vivre certaines expériences, mais je dois avouer être heureux d’avoir connu une telle passion, même si elle fut éphémère, même si elle fut légèrement destructrice. Si un jour je dois faire le point de ce que j'ai vécu, je crois que je serai content d’y retrouver cette période, je le vois comme une expérience, comment un moment désagréable mais intéressant à vivre.

On ne s'en rend peut être pas bien compte en lisant cela, mais c'est signe que je vais mieux, vraiment.