J’ai l’impression d’être un malade en cours de rémission. Je retrouve des plaisirs que j’avais oublié et surtout je réapprends l’insouciance. Je garde un frein, hérité de mes souvenirs difficiles, mais je retrouve un peu de confiance. Rien n’est sûr et pourtant l’ensemble est plus stable que tout ce que j’ai pu essayer de bâtir depuis longtemps. Rien n’est sûr, j’essaie de ne pas l’oublier mais je veux le mettre de coté. Je suis vivant, je suis bien, faites que ça dure.

Je relis ça avec l’impression que mes mots sont désordonnés. Le désordre doit être livré avec le bonheur chez moi.